La semaine mondiale de l’allaitement : travailler et allaiter c’est possible !

congé de maternité pour les indépendantes

La semaine mondiale de l’allaitement : travailler et allaiter c’est possible !

La semaine mondiale de l’allaitement : travailler et allaiter c’est possible ! 940 788 Céline

La semaine mondiale de l’allaitement maternel se déroulera du 1er au 7 octobre 2022. Chaque année, un thème est retenu afin de démontrer les multiples bienfaits dans la vie quotidienne et surtout pour promouvoir et soutenir l’allaitement.

A cette occasion, Salary Solution vous démontre que concilier travail et allaitement est possible grâce au congé prophylactique, au congé conventionnel ou à la pause d’allaitement.

TYPES DE CONGéCongé prophylactiqueCongé conventionnelPauses d’allaitement
DéfinitionInterruption de travail pour une travailleuse qui allaite son enfant et dont le travail est dangereux pour 2 motifs : Travail considéré comme intrinsèquement dangereux pour sa santé ou celle de son enfant (la liste est fixée par Arrêté Royal)Travail dangereux en raison de circonstances propres à l’entreprise ou à l’état de santé de la travailleuse (décision prise par le médecin du travail)Congé accordé par l’employeur et qui n’est pas limité dans le temps.   Ce type de congé peut être prévu dans votre règlement de travail, dans une Convention Collective ou Individuelle de travail.   Ne faisant l’objet d’aucune disposition légale, vous êtes libre d’accepter ou non ce congé.    La travailleuse a droit à 2 pauses distinctes de 30 minutes chacune par jour complet de travail.   Les parties doivent convenir des moments et du lieu où se dérouleront les pauses.   Cette pause est destinée à allaiter et/ou à tirer le lait pendant les heures de travail.  
DuréeMaximum 5 mois après l’accouchementLa durée doit être fixée de commun accord par les deux parties avec un maximum de 5 moisMaximum 9 mois après la naissance
Délai d’introduction de la demandeÀ la fin de son congé de maternité, la travailleuse qui allaite son enfant doit prévenir son employeur et envoyer au médecin du travail un certificat médical attestant qu’elle allaite. C’est le médecin qui déterminera en fonction de l’analyse des risques si la travailleuse peut ou non reprendre son travail. L’employeur peut aussi lui confier temporairement d’autres tâches.Le plus rapidement possible afin que l’employeur puisse prendre des dispositions afin de ne pas perturber l’organisation du travailAu minimum 2 mois à l’avance par écrit en fournissant une preuve du don de lait à l’enfant.  
Protection contre le licenciementAucune protection contre le licenciementAucune protection contre le licenciementLa travailleuse est protégée dès le jour où elle formule sa demande à l’employeur. Elle prend fin 1 mois et 1 jour après l’expiration de la validité du dernier certificat médical.
IndemnisationLes indemnités sont versées par la mutuelle à concurrence de 60% du  salaire brut.Il  s’agit d’un congé non rémunéré.Indemnisation par la mutuelle avec un plafond à 82% du salaire brut.
Préférences confidentielles

Salary Solution utilise des cookies pour rendre son site Web fonctionnel avec l'intention de rendre votre visite le plus agréable que possible. En continuant à surfer sur notre site web, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour plus d'informations, consultez notre politique en matière de cookies.

Activer/Désactiver le Google tracking
Activer/Désactiver la Google font
Activer/Désactiver le Google map
POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ
 
 
Salary Solution utilise des cookies pour rendre son site Web fonctionnel avec l'intention de rendre votre visite la plus agréable possible. En continuant à surfer sur notre site web, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour plus d'informations, consultez notre politique en matière de cookies.